J’ai toujours aimé écrire. Au lycée, il m’arrivait de rendre des devoirs de français plutôt réussis (merci Monsieur Delpierre pour les encouragements).

Il y a quelques mois, j’ai décidé de lancer ce blog pour parler d’entrepreneuriat et de développement personnel. Le problème, c’est qu’il m’arrive souvent de faire face à de gros blocages. Le fameux syndrome de la page blanche, tu vois de quoi je parle ?

Quand ça m’arrive, je commence à me poser pleins de questions : est-ce que j’ai réellement envie d’avoir un blog ? est-ce que je le fais pour les bonnes raisons ? est-ce que c’est la meilleure façon pour moi de m’exprimer ? Résultat : je me bloque davantage, je m’enfonce dans mes pensées négatives et je deviens ronchon.

Ce blog a une visée professionnelle, c’est un outil qui m’aide à évoluer et atteindre mes objectifs. Ces derniers temps, j’essaye donc de développer des habitudes plus saines pour prendre du plaisir et être efficace à ma manière. Tu veux en savoir plus ? Je te raconte tout.

J’écris pour le plaisir, uniquement

Comment faire pour ne plus se bloquer à l'écrit ?


À mes yeux, le travail ne doit pas être une corvée. Même si ce blog a des objectifs professionnels, j’ai envie d’y prendre plaisir. Quand je l’ai créé, je me suis mis une certaine pression sans m’en rendre compte. J’avais l’impression de devoir publier régulièrement et avec un style irréprochable. Comment prendre du plaisir quand on se prend la tête pour si peu ? Sous la contrainte, j’ai eu très rapidement la flemme de m’y mettre et j’ai laissé le blog à l’abandon plusieurs semaines. J’ai donc fait le choix d’écrire uniquement par plaisir et quand j’en ai envie.

Je prends le temps dont j’ai besoin

Pour satisfaire ce faux besoin d’écrire régulièrement, j’ai voulu m’organiser et définir un calendrier éditorial. Ah la bonne blague. C’est problématique car j’ai du mal à suivre les chemins tout tracés. Pour faire les choses correctement, j’ai besoin de suivre mon “flow”, de le faire quand je le sens et quand je suis vraiment inspirée. Désormais, s’il me faut du temps pour pondre un article, je le fais sans me soucier de l’agenda.

J’arrête de me juger

J’ai tendance à être très critique envers moi-même. J’aime écrire, mais j’ai toujours cette impression de ne pas m’exprimer correctement ou de ne pas réussir à faire passer le message que j’ai en tête. Enfin, j’ai cette fâcheuse habitude de dire que les autres y arrivent mieux que moi. J’ai fini par en avoir ras-le-bol de cet état d’esprit et désormais, je fais attention à m’arrêter directement quand j’ai ce genre de pensées. J’écris en étant moi, à 100%, avec mes imperfections et ma façon de dire les choses. C’est libérateur, ça fait du bien et je ne me vois plus faire autrement.

Je stimule ma créativité

Maintenant que j’arrive à ne plus juger mes idées et mon contenu (c’est un travail de tous les jours !) je prends encore plus de plaisir à découvrir celui des autres. Je m’inspire, j’apprends, je remets en question et d’une certaine façon, j’évolue. J’essaye aussi d’être plus ancrée dans le moment présent, même si c’est assez difficile pour moi. J’ai tellement tendance à me laisser envahir par mes pensées et par ce que je dois faire que j’en oublie le moment présent. En étant plus consciente, je puise mon inspiration dans les choses du quotidien.

Je fais de la place au papier et au stylo

J’aime écrire sur mon ordinateur car il n’y a pas de place pour les ratures, c’est beau et c’est propre. C’est surtout un moyen de gagner du temps. Quand j’ai un blocage et que je n’arrive pas à écrire, j’ai remarqué que je ressentais le besoin de retourner au classique feuille blanche + stylo. Je ne sais pas comment l’expliquer mais je pense que de cette façon je m’autorise plus facilement à faire des erreurs. J’écris donc de façon fluide, sans aucun filtre et c’est extrêmement libérateur. C’est le premier article que j’écris entièrement à la main et je n’ai éprouvé aucune difficultés.

PIN2

C’est comme ça que je décide de continuer cette aventure, en étant moi et en écoutant mon intuition. Plus j’avance et plus je me rends compte des bénéfices que j’en retire (je parle aussi d’un point de vue personnel).

Et toi, est-ce qu’il y a des activités que tu aimes faire mais qui font naître en toi une grosse pression ? Quels sont tes astuces pour y remédier ?

Author

2 Comments

    • Laura Reply

      Oui, c’est important de se le rappeler des fois! Merci pour ton commentaire ❤ 🙂

Write A Comment