Aujourd’hui, j’avais envie de t’en dire un peu plus sur moi et de te parler de mon premier projet entrepreneurial. On me demande souvent pourquoi j’ai arrêté Les Meufs au bout de quelques mois et j’ai parfois du mal à m’expliquer. Dans cet article, je fais le point et je partage avec toi ce que j’ai appris de cette première expérience.

De l’idée au passage à l’action

Comme je l’ai expliqué dans cet article, j’ai eu une grosse remise en question en master. Je ressentais un fort besoin d’indépendance et de liberté et j’ai commencé à m’intéresser à l’entrepreneuriat. J’avais plusieurs idées en tête et le e-commerce en faisait partie.

Sur Instagram j’ai découvert des boutiques en ligne, une aux États-Unis et une autre au Canada, mettant en avant la sexualité féminine d’une façon fun et décomplexée. Je trouvais le concept génial et je me suis dit qu’on avait besoin de ça en France.

J’ai commencé à développer mon idée en octobre 2017. J’ai débuté simplement en lançant un compte Instagram sur lequel je publiais chaque jour des photos pour parler de sexualité féminine sans tabou.

Janvier 2018, je suis de retour en France, c’est le moment de parler à mes proches de mon projet. Je t’invite à annoncer à tes parents que tu veux lancer un sexshop, c’est à la fois gênant et marrant. Pour ma part, j’ai eu de drôles de réactions mais globalement j’ai reçu beaucoup de soutien.

En février, j’entame les démarches pour créer mon entreprise et en parallèle, je développe mon site internet.

En mai, je lance enfin mon site : “Les Meufs, la première boutique en ligne dédiée au bien-être et plaisir féminin”. Je fais une annonce sur les réseaux sociaux et je reçois plus de 300 visites les premiers jours. Et alors que je ne m’en croyais pas capable, je fais mes premières ventes. Quelques semaines après, on parle de moi dans Glamour ! Je suis trop fière et mon nombre de visites augmente considérablement.

Et pourtant, en juillet, même pas deux mois après le lancement du site, je décide de fermer la boutique…

40820627_288785171937460_4720696085150957568_n

Pourquoi j’ai arrêté

J’ai travaillé presque 10 mois sur ce projet et j’ai l’impression d’avoir vécu dans des montagnes russes avec une succession de hauts et de bas. À certains moments, j’étais euphorique et j’avais pleins d’idées en tête. À d’autres moments, j’étais totalement déprimée et je n’avais qu’une envie, tout arrêter.

Au début, j’étais convaincue que c’était normal et que tous les entrepreneurs passaient par là. Mais j’ai fini par en avoir assez de ces moments d’incertitude et de remise en question. J’ai entrepris un gros travail d’introspection. Ça m’a pris beaucoup de temps car je me voilais la face. Quand tu as un projet qui te tient à coeur, c’est difficile de reconnaître qu’il y a un problème.

Au bout d’un certain temps, j’ai réussi à mettre les mots sur ce qui n’allait pas.

Le e-commerce c’est pas mon truc

J’ai toujours aimé les boutiques en ligne avec une identité visuelle qui claque ! Et pour tout te dire, j’ai eu un véritable coup de coeur pour Unbound Babes, le site qui m’a donné envie de lancer Les Meufs. Le concept, les couleurs, les photos, le côté fun et décalé… J’ai tout de suite adoré. J’ai toujours eu en tête de créer une boutique en ligne, je sentais que c’était le moment pour me lancer. Sans compétences en webdesign, j’ai demandé de l’aide à un proche pour développer le site.

Par contre, j’ai eu du mal avec le côté « technique » : la logistique, la gestion quotidienne des commandes, le service client… C’était assez stressant et moi ce que je voulais faire c’était rédiger mes articles, trouver des produits géniaux et échanger avec ma communauté ! Je sais que j’aurais pu trouver des personnes pour travailler avec moi mais je sentais que le problème était plus profond.

Un soucis d’alignement

Instagram a été un véritable moyen de développer ma communauté et d’amener des personnes sur le site. J’ai créé ce compte en toute naïveté et il ne m’a fallu que quelques jours pour comprendre l’ampleur du mouvement autour de la sexualité féminine. Je pense à Jouissance Club, Merci Beaucul et plus récemment T’as joui qui sont des comptes géniaux et qui s’expriment merveilleusement bien sur le sujet (il y en a plein d’autres mais je ne les ai pas tous en tête)

La sexualité féminine est un sujet qui m’a toujours intéressé et qui me tient particulièrement à coeur. C’est pourquoi j’ai du mal à expliquer le blocage que j’ai ressenti et qui m’a empêché d’aller plus loin. J’ai fini par comprendre que je n’étais peut être la personne qu’il fallait pour développer ce projet…

Un autre projet en tête

Et surtout, je me voilais la face ! 

Ça faisait plusieurs années que j’avais envie de suivre une formation en coaching afin d’aider les gens à atteindre leurs objectifs. Mais j’ai repoussé ce projet de peur d’être trop jeune et de ne pas avoir assez d’expérience. Et justement, c’est en travaillant sur Les Meufs que j’ai compris une chose : je suis capable de tout si je m’en donne les moyens et si je le veux réellement. 

À partir de ça, j’ai pris la décision de fermer la boutique et de proposer à une personne motivée de reprendre le concept.

Ce que j’ai appris 

J’ai d’abord très mal vécu cette situation. J’avais l’impression de baisser les bras et j’étais déçue de vouloir arrêter un si beau projet. Même si j’avais conscience des problèmes que je viens de citer, je continuais à travailler sur Les Meufs alors que je n’avais plus d’énergie et de motivation. 

Je te rassure, j’ai fini par accepter la situation et j’ai désormais une vision totalement différente des choses.

Je sais que je veux continuer à être libre et indépendante grâce à l’entrepreneuriat, je n’ai plus peur des démarches administratives liées à la création d’entreprise (mais je râle toujours autant quand il y a un problème), j’ai appris beaucoup plus en 10 mois qu’en un an d’alternance en entreprise et surtout, je ne prends plus en compte l’avis des autres, je fais ce que je veux !

Ce que je retiens de cette expérience, c’est le point de vue qu’on décide d’adopter face à une situation difficile. On peut décider d’y voir un échec ou au contraire, une expérience enrichissante. Je pense qu’il est important de rayer le mot “échec” de notre vocabulaire. La peur d’échouer, ça met une pression énorme qui nous empêche d’entreprendre. 

Si tu n’avais pas peur d’échouer et que tu n’avais aucune contrainte, quelles seraient les choses que tu aimerais faire ?

À très vite,
Laura

Author

8 Comments

  1. Merci pour ce partage, pour ton honnêteté, ta transparence et ton courage.

    Tu n’imagines pas à quel point ton article me soulage et me motive à la fois . Savoir que tout est possible, que tu peux réaliser tes rêves et réussir. Mais que tu peux aussi en changer et que ce n’est ni un échec, ni une fuite mais simplement la vie qui avance.

    Bisous,
    Pêche

    • Laura Reply

      Merci pour ton commentaire, ça me touche beaucoup ce que tu dis là !
      Plus j’avance et plus je crois que, en effet, tout est possible si on s’en donne les moyens.
      Je t’envoies pleins de bonnes ondes pour ton projet que je suis sur Instagram 🙂
      A très vite,
      Laura

  2. Ton parcours me fait un peu penser à moi et je ne peux pas m’empêché de te parler un petit peu du mien.
    J’ai également fermé ma boutique au bout d’un an seulement ! Je l’ai lancé parce que je venais d’apprendre qu’à cause de problèmes de santé et personnels je ne pouvait pas terminer ma dernière année de lycée… Dégoûtée, mais pas démotivée je me suis lancé dans mon propre business. Mais je me suis vite rendu compte que ça ne marchait pas comme je l’avais prévu et que mes nouveaux projets me demandait trop de temps et me passionnait encore plus. Du coup, j’ai revendu ma boutique et je me consacre pleinement à ces nouveaux projets qui marche pour le moment assez bien.
    Ce n’est pas un échec, comme toi je le ressent pas comme ça. Parfois il faut essayer de nouvelles choses et tenter 🙂 Sinon comment savoir si ça va marcher ?
    En tout cas je te souhaite de bonnes choses dans ta nouvelle aventure 🙂 Tu as l’air d’être courageuse et d’être une battante, je suis sûre que tu vas réussir tout ce que tu entreprends dans la vie 🙂
    Bisous x

    • Laura Reply

      Merci pour ton commentaire et le partage d’expérience. Ton parcours est très inspirant. C’est important d’écouter son intuition et de faire ce qu’on a vraiment envie de faire. Il n’y a pas d’échec, seule l’expérience compte. Je t’envoies pleins de bonnes ondes pour ton projet. A très vite, bisous 🙂

  3. Wow je trouve ton parcours superbe et plein d’audace !! 🙂 Je rêverais d’avoir le même culot que toi haha !
    Je te souhaite bonne chance pour tes futurs projets 🙂

    • Laura Reply

      Hello, merci pour ton commentaire, ça me touche beaucoup!
      À très vite j’espère 🙂

  4. Au moins tu as eu l’audace de tenter l’aventure et de te lancer, et ce n’est pas du tout un échec que de fermer ton site de ecommerce, tout simplement car tu as du apprendre tellement pendant ces 10 mois. Et ça t’a permis de prendre confiance en toi pour faire ce que tu veux vraiment, ce qui est top !
    Merci pour cet article qui me donne beaucoup d’espoir 🙂
    Léa (www.savourelavie.com)

    • Laura Reply

      Merci pour ton commentaire Léa, ça me touche <3 🙂

Write A Comment